Herrmann (français)

May 2009, XXI Productions Inc. Nominé pour le prix OPUS dans la catégorie DISQUE DE L’ANNÉE – MUSIQUES MODERNE, CONTEMPORAINE, 2011.

Je cherchais déjà depuis quelque temps la partition de la bande originale du classique d’Alfred Hitchcock, North by Northwest (1959), quand j’ai appris que des partitions de Herrmann se trouvaient à la section des archives de la bibliothèque de musique de UCLA. Je m’y suis rendu, mais n’y ai trouvé que la partie de contrebasse du fandango, le reste de la musique était absent. Dans le même carton, dans une enveloppe à part, se trouvait une pile de partitions manuscrites, d’aspect plus brouillon, qui semblaient être des ébauches avec des ratures, beaucoup de symboles de figures répétées et des nuances inscrites en gros caractère inélégant. Je venais de découvrir la musique de la série radiophonique, The Crime Classics, ou ce qu’il en restait. Je ne tenais pas les versions préparées par les copistes, mais les pages jaunies d’origine, où Herrmann a couché ses idées à l’encre une fois pour de bon. Il reste à la postérité 30 épisodes sur 52 de ces manuscrits. J’ai cru qu’il serait mieux de développer les idées musicales de six épisodes en empruntant parfois à d’autres épisodes, et d’extrapoler plutôt que de documenter ces particules musicales trop brèves pour intéresser qui que ce soit. Au cours du processus, j’ai dû laisser de côté des perles sur lesquelles je reviendrai peut-être un jour.

Au printemps 2007, j’ai contacté Mme Norma Herrmann pour demander la permission d’adapter et enregistrer la musique avec l’ensemble Ulysse. Elle a consenti en se montrant très affable et serviable avec son compagnon, M. Roger Dice qui s’est malheureusement éteint depuis. Au cours d’une conversation, elle a mentionné que tout ce qui lui restait de la musique de son défunt mari était le manuscrit original de la suite Psycho (1960) et qu’elle la mettrait volontiers à ma disposition. Ce qu’elle fit et voici où nous en sommes.

J’ai pris la liberté d’augmenter la musique en ajoutant des parties et en développant certaines sections afin de l’adapter à l’instrumentation et au jeu de l’ensemble. Tout particulièrement, j’ai voulu transformer le matériel parcellaire des Crime Classics en suites musicales en respectant partout le texte original et, autant que j’ai pu, l’esprit du compositeur. J’ai surtout voulu donner une plus ample expression à ces bourgeons d’idées qui portent la griffe indélébile de Herrmann et par là, lui rendre hommage.

antoine bustros octobre 2008

Échantillon: Psycho prelude

Disponible en ligne: Renaud-Bray, amazon.ca

Média:

Je ne sais ce que je vois qu'en travaillant – alberto giacometti